tet
A côté des enseignements dispensés en présentiel au sein de l'université, le parcours TET propose deux dispositifs hors les murs originaux fondés sur une transmission du métier de chercheur en actes et in situ. Ils se doublent d’une « mission recherche » d’un mois aussi bien en Master 1 qu’en Master 2 qui consiste à participer à une enquête collective encadrée par un Enseignant Chercheur ou une petite équipe d’Enseignants Chercheur (appartenant au CENS ou non).

 
  • Quelles sont les particularités de l’année de Master 1 du parcours Terrains Enquêtes Théories ?
La formation dans cette première année de master a été construite en retenant trois idées principales.

La première concerne l’enseignement de la recherche par la recherche. Dès le début de l’année, les étudiants sont conviés à participer à un stage collectif d’une semaine et à mener une petite enquête sur un thème de leur choix. C’est l’occasion pour eux d’éprouver concrètement les différentes étapes d’un travail de terrain (choix et justification d’un thème, recueil des données, analyse et production d’un compte-rendu).

La deuxième idée concerne les fondamentaux de la discipline. Engagés dans un travail d’envergure qui va les conduire à produire un premier compte-rendu de recherche, les étudiants doivent maîtriser les principales notions utilisées en sociologie. Des cours sont proposés au premier semestre sur les groupes professionnels, la morphologie sociale, la sociologie de l’action publique. Dans le même registre, deux cours visent à développer chez les étudiants un point de vue réflexif sur la pratique sociologique, en interrogeant l’histoire de la discipline et plus largement celle de la production scientifique.

Enfin, la troisième idée concerne le renforcement et/ou la découverte des méthodes de recherche en sociologie (archives, analyse de données statistiques) ainsi que l’approfondissement de la pratique d’une langue étrangère et la nécessité de sortir du cadre national pour penser les problèmes sociologiques.

 
  • En quoi le stage est-il un moment important de la formation ?
Ce stage a d’abord un objectif pédagogique : immerger les étudiants de Master 1 dans une enquête de terrain de courte durée et leur faire pratiquer de manière intensive les différentes méthodes de collecte des données.

Pendant cinq jours, ils enchaînent ainsi entretiens, observations et recueil de matériel documentaire, en discutant sans cesse de l’intérêt et des perspectives offertes par ce travail d’enquête. Ils découvrent à la fois l’urgence du terrain et dépassent leurs premières appréhensions sur la difficulté à observer et interroger les gens. C’est aussi un moyen de créer une dynamique à l’intérieur du groupe, en étant rassemblés sur le même lieu et associés à un même objectif en présence d’enseignants-chercheurs eux-mêmes impliqués dans le recueil des données.

Le stage a aussi un intérêt scientifique. Organisé depuis trois ans à Châteaubriant, il a permis d’accumuler des connaissances, de rentrer davantage dans la complexité des situations sur des sujets divers. Des comptes rendus ont été produits sur la jeunesse en zone rurale, la mémoire des fusillés de la Seconde Guerre mondiale, la patrimonialisation de l’industrie locale, la participation à la vie politique locale, l’insertion des populations originaires de Turquie dans une petite ville, etc.

À terme, les données produites dans le cadre de ce stage ethnographique pourraient prendre place dans une recherche plus large, associant d’autres équipes d’enseignants-chercheurs, sur l’évolution contemporaine des espaces ruraux.

 
 
  • Pouvez vous nous présenter le "Stage Europe" en Master 2 ?

Stage Europe

Ce stage international de 3 jours à Bruxelles est une innovation pour le Master 2 recherche. Il a été mis en place en 2011 et se poursuit depuis. Il a un double objectif : familiariser BRUXELLESles étudiants avec les institutions européennes et leur fonctionnement, mais aussi, à travers une thématique précise, leur permettre d'appréhender l'européanisation des phénomènes sociaux.

Préparés en amont par des lectures et des séances de travail collectif, les trois jours du stage sont consacrés à la réalisation d'entretiens avec des acteurs des institutions européennes ou d'organisations travaillant en partenariat avec elles : syndicats « laboratoire d'idées », ONGs, élus, commissaires européens, etc.. Ce travail donne lieu ensuite à la rédaction d'un rapport collectif.

La découverte des institutions européennes est ainsi également l'occasion de développer chez les étudiants les dispositions au travail en commun. Plusieurs thématiques ont été traitées depuis le début : les services à la personne, l’approche juridique des questions familiales, les questions migratoires, la pêche.

Cette année 2018 l’enquête a été consacrée à « L’Europe par ses financements » et plus particulièrement les politiques régionales et les fonds européens de développement régional (FEDER).