Propos recueillis par Carmen Meslier, étudiante du master de sociologie Théories Enquêtes Terrains (TET)

  • Quel poste occupes-tu aujourd'hui ?

Ça fait un an et demi que je suis aux Machines de l'Île. Je suis médiateur-machiniste. Le but de la médiation culturelle c'est de faire le pont entre les œuvres et le public, de créer le discours autour des œuvres et de le renvoyer au public de manière à ce qu'il puisse avoir des éléments de réponse, des éléments de compréhension esthétique – si on parle seulement du côté artistique – mais également technique. Je travaille avec des œuvres qui découlent en partie de ce qu'on appelle la CSTI – la Culture Scientifique Technique et Industrielle. Ça amène à expliquer les fonctionnements techniques des machines et des œuvres. Je suis également machiniste et là, l'idée, c'est de manœuvrer les machines de la Galerie notamment les plus imposantes que sont l'araignée ou le héron.
 
  • Il y a d'autres activités qui rentrent dans le cadre de ton travail ?

Cette année, j'ai fait pas mal de missions en plus. J'ai réalisé une partie de l'audioguide des Machines de l'île. Ça comprenait des enregistrements et du traitement audio. Je suis musicien de base et je fais pas mal de musique à côté, et ça m'intéressait de faire ça, on me l'a proposé : je l'ai fait. Ça m'arrive aussi de faire ce qu'on nomme des « events ». C'est de l'événementiel privé pour des entreprises. L'idée c'est de faire sensiblement le même travail mais adapté à la demande d'un client en particulier donc ça peut faire varier la forme, ça peut faire varier le fond. Ça m'est déjà arrivé de faire carrément des visites individuelles pour une personne sur toute une journée, notamment un youtuber assez récemment, qui est venu faire une vidéo sur l'éléphant. Je lui ai servi de guide tout au long de la journée. Tout cela implique d'être adaptable à ton public, mais également de parler plusieurs langues, surtout qu'on a un public qui comporte un bon quart d'étrangers – il faudrait que je vérifie les statistiques de billetterie !
 
  • Comment as-tu accédé à ce poste aux Machines ?

Tout simplement par mon stage en fait. Quand on m'a proposé le stage on m'a également proposé un contrat derrière en CDD, dans un premier temps, pendant la saison. A la fin de mon contrat saisonnier on m'a proposé un deuxième CDD que j'ai accepté et à la fin de mon deuxième CDD, on m'a proposé un CDI que j'ai accepté.
 
  • Comment vois-tu les apports de ton cursus en sociologie ?

Quand j'ai fini mon cursus en sociologie, mon mémoire s'est porté sur la médiation culturelle et la gestion des publics. Toute mon étude a porté sur quelle était la typologie du public aux Machines de l’île, comment elle se définissait et, surtout, comment on gérait le public en fonction des demandes et en fonction de ce que ça pouvait créer comme situations… Mais en gros, la socio m'a permis d'arriver à comprendre mieux les gens, d'arriver à mieux répondre à leurs questions.

  • C'est plutôt de façon générale que ça t'a apporté des choses ?

Si tu veux la socio m'a ouvert les portes vers mon cursus professionnel actuel. Sans la socio je n’y serais pas, mais c'est pas la science en elle-même qui me l'a apporté, c'est le cursus scolaire, c'est la fac de Nantes, c'est l'UFR de sociologie qui m'a amené là où je suis. Mais la socio en elle-même, la science, m'a apporté surtout personnellement, une manière de voir le monde, de traiter mon environnement, et une manière d'agir même.
 
  • Plus précisément, qu’est-ce qui t’a plu sur ton cursus en sociologie ?

Beaucoup de choses. Les sujets de la sociologie de l'art, de la culture, de la réception, de la diffusion culturelle. La sociologie des publics et tous les sous-genres qui sont affiliés... et la sociologie du cinéma. Ça c'était vraiment pour la partie sur le domaine culturel parce que forcément ce sont mes domaines de passion et mes premiers amours… Au-delà : la sociologie des mondes populaires, l'anthropologie aussi, la sociologie urbaine, la sociologie rurale : ces domaines-là m'ont permis d'analyser autant mon monde actuel que mon passé. Ils m'ont permis de comprendre mon positionnement et le positionnement des gens qui m'entourent, ils m'ont appris à décoder les manières d'être !
Le master a cette force d'être à la croisée entre le professionnel et l'académique, moi c'est comme ça que je l'ai toujours vécu le master EPIC : t'as 50% des cours qui vont concerner vraiment de la sociologie pure, et c'est vraiment nécessaire, et d'un autre côté, 50% qui concernent plus le domaine professionnel. Y a des choses qui pourraient, je pense, être enseignée pendant le cursus de master qui finalement s'apprennent sur le terrain. On est dans un domaine où de fait, c'est vraiment le stage qui va t’amener à la réalité professionnelle, parce qu'au bout d'un moment, la réalité professionnelle tu l'apprends aussi sur le tas.
 
  • A titre personnel il y a des choses que tu voudrais ajouter sur la formation, ton travail, le lien entre les deux ?

Globalement c'est une formation qui m'a porté, je pense. J'ai eu la chance d'être avec des professeurs qui m'ont suivi à peu près de la Licence 2 jusqu'à la fin de mon master et qui ont été d’un grand soutien je dois dire. Et puis moi aussi je pense que j'ai le profil qui convenait... En tout cas c'est un parcours qui m'a beaucoup aidé, autant professionnellement que même personnellement parce que ça m'a permis de découvrir un peu qui j'étais.